Boutique Biologiquement.comKonjac bio : votre nouvel allié minceur !

  Posté par konjac       Laisser un commentaire
[Total : 5    Moyenne : 2.4/5]

Le konjac bio antioxydant naturel puissant a tout pour plaire ! Plante hors du commun, il aide à mincir –vite–, régule l’appétit, capture les sucres et les graisses, et peut même réduire le cholestérol et la glycémie.

Le konjac, un coupe-faim exceptionnel

Selon une étude de 1984 menée sur 20 personnes obèses et publiée dans la revue International Journal of Obesity, les chercheurs ont montré une perte de poids dans le groupe traité avec du konjac supérieure à celle du groupe placebo.
Pourquoi : Le konjac renferme des glucomannanes, des fibre solubles visqueuses formant un gel végétal non assimilable qui gonfle en présence d’un liquide (eau, lait, jus de fruits…). Elles peuvent absorber jusqu’à 100 fois leur poids en eau, remplissent l’estomac et piègent les graisses et sucres au passage dans le système digestif.
Résultat : Le konjac coupe la faim et capture une partie des calories absorbées, qu’il élimine en stimulant le transit intestinal.

Konjac : combien de kilos perd-on ?

Selon l’étude réalisée en 1984 sur 20 personnes obèses, les patients ont perdu 2,7 kg en prenant 1 g de glucomannane (fibre du konjac) avant chaque repas pendant 8 semaines. Ils n’ont pas modifié leur alimentation ni fait plus d’activités physiques. Le seul changement : la prise de ce petit gramme de konjac en poudre avant de passer à table. Le konjac piège une partie des sucres et des graisses et élimine ainsi un certain nombre de calories, en plus de couper l’appétit. Il aide à perdre du poids en contrôlant l’appétit. Mais il ne maigrit pas à votre place ! Repas équilibrés et sport sont les clés du succès.

Sous quelle forme prendre le konjac ?

Il faut incorporer le konjac au sein d’une alimentation équilibrée pour bénéficier de ses bienfaits.
– Gélatine ou vermicelles : Vous pouvez introduire régulièrement (en quantités modérées) du konjac alimentaire en bloc gélatineux (konnyaku) dans des préparations, ou en vermicelles (shirataki). Le “konnyaku” renferme près de 97 % d’eau gélifié et 3 % de glucomannane.
– Poudre ou gélules : Le konjac y est très concentré, prenez seulement 1 g dans un grand verre d’eau une demi-heure avant chacun des 3 repas sur un mois maximum et après avis médical. Buvez rapidement avant que le mélange ne se solidifie. Si vous ressentez un “trop plein” ou un transit perturbé, réduisez les doses.

Konjac bio : votre nouvel allié minceur !
Konjac bio : votre nouvel allié minceur !

Le konjac est-il fait pour vous ?

Le konjac est réservé aux personnes qui ont tendance à grignoter et à manger de grosses quantités par faim. Il régule l’appétit, accélère l’arrivée de la satiété et réduit le passage du sucre dans le sang dans le cadre d’un régime alimentaire équilibré. Si, en revanche, vous êtes sujet(te) aux grignotages intempestifs pour vous calmer ou par ennui, il ne résoudra pas votre problème qui est un problème d’ordre comportemental. En effet, le konjac ne supprime pas l’envie de gras, de sucré, ni les compulsions alimentaires dues au stress.

Konjac : des contre-indications ?

Contre-indications : Le konjac en complément alimentaire (extrait à forte dose) est contre-indiqué chez les personnes souffrant d’occlusion du tube digestif.
Effets secondaires : Toujours en complément alimentaire, le konjac est aussi à l’origine de certains effets indésirables et peut parfois être toxique surtout s’il y a surdosage : flatulences, douleurs abdominales, obstruction de l’oesophage, légère obstruction gastro-intestinale. Il est nécessaire de boire beaucoup d’eau pour éviter la formation d’une boule caoutchouteuse dure capable d’obstruer les intestins.
Interactions : Si vous êtes sous traitement, ne prenez pas de konjac sans en parler à votre médecin car il peut y avoir interaction médicamenteuse.

Les autres atouts du konjac

Sur le diabète : Selon une étude américaine de 2002, 4 à 5 g de glucomannane par jour (mélangés dans un liquide ou avec des aliments) pourraient ralentir l’absorption des hydrates de carbone dans la circulation sanguine et amenuiser le pic d’insuline qui s’ensuit jusqu’à 50 %.
Sur le cholestérol : Les participants d’une étude en 1990 ont reçu 3 g/jour de glucomannane ou un placebo pendant 8 semaines. Des améliorations du cholestérol total et du cholestérol-HDL auraient été observées dans le groupe supplémenté.
Sur le transit intestinal : C’est un régulateur de transit. Il rendrait les selles plus fermes en cas de diarrhées, ou plus aqueuses et régulières s’il y a constipation.

Qu’est-ce que le konjac exactement ?

Quasiment dépourvu de calories (3 kcal pour 100 g), le konjac est une plante (Amorphophallus konjac). Depuis près de 2000 ans, sa tubercule est utilisée en alimentation traditionnelle au Japon comme n’importe quel légume ou comme ingrédient pour faire des biscuits, pâtes ou plats transformés. Chez nous, il existe principalement sous 3 formes :
– en bloc : sorte de bloc gélatineux appelé “konnyaku” (konjac alimentaire)
– en vermicelles : sous le nom de “shirataki”
– en poudre et en gélules (complément alimentaire). Il peut être prescrit par les médecins mais aussi acheté sans ordonnance en cas de troubles du transit ou pour apaiser les sensations de faim et de creux à l’estomac.

Konjac : c’est la folie au Japon !

Le konjac est sur toutes les tables au Japon ! D’abord parce qu’il s’agit d’un aliment à part entière que les Japonais consomment régulièrement sous forme de légumes, farine, vermicelles ou gelée dans des préparations. Ensuite parce que c’est un superaliment dans le cadre d’un régime alimentaire. Le régime Konjac est d’ailleurs l’une des 100 meilleures méthodes pour perdre du poids au pays du Soleil Levant. Il faut dire qu’il a tout pour plaire : il coupe la faim, est très peu calorique (3 kcal pour 100 g) et peut se glisser dans la cuisine ni vu ni connu (goût neutre). A consommer cependant avec modération sous forme de complément alimentaire.

Sources

– Konjac, coupe-faim d’Anne Dufour et Carole Garnier
– Ed. Leduc.S – Glucomannan minimizes the postprandial insulin surge : a potential adjuvant for hepatothermic therapy, McCarty M.F., Med. Hypotheses, 2002, Jun ; 58(6) : 487-90.
– Effect of glucomanan on obese patients : a clinical study, Int. Obes., Walsh D.E. et al., 1984, 8(4) : 289-93. – Double-blind evaluation of glucomannan versus placebo in postinfarcted patients after cardiac rehabilitation, Reffo G.C. et al., Curr. Res. Ther., 1990, 47 : 753-758.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *